• Jour meilleur?

         Le même rêve. Toujours le même. Celui de l'accident. J'étais assise sur un siège dans la voiture, ma sœur à côté. Mon père et ma mère chantaient la chanson qui passait à la radio. Puis quelque chose à heurté la voiture. Je ne savais pas et je ne sais toujours pas se que c'était. La voiture avait fait des tonneaux tant elle dévalait la pente du côté de la route. J'ai eu de graves blessures tel que celle que j'ai dans mon dos: une grande cicatrice qui allait de mon épaule gauche au côté droit de ma hanche. J'avais protégé ma sœur du mieux que j'avais pu mais mes parents avaient été éjectés du véhicule pour venir s'étaler sur le sol. On n'a retrouvé que mon père, étendu sur le sol, couvert de sang et qui ne respirait plus lorsque les urgences sont arrivés sur place. Mon père était...

    Une sueur froide m'a tiré de mon cauchemar. Mes mains tremblaient et il me semblait que des larmes coulaient sur mes joues. J'ai allumé ma lampe de chevet comme pour m'assurer que personne n'était là. Je me suis assise sur mon lit et regardé mon réveil. 3h46. Je suis passée devant mon miroir. Conclusion: J'avais des cernes ainsi qu'un flot de larmes sur mes joues, j'étais pâle et mon corps était couvert de sueur. Sans oublier que je tremblais. Je me suis allongée et enfouie sous ma couette. J'ai fermé mes yeux pour essayer de recouvrer le sommeil mais rien. J'ai eu beau me tordre dans tous les sens pour trouver la meilleure position, rien. Alors j'ai pris mon livre qui se trouvait sur ma table de nuit en espèrent que cela m'aiderais à dormir mais toujours rien. Je me suis rendu à l'évidence: Je n'arrivais plus à me rendormir.

    - Ca commence bien pour un "jour meilleur". Ai-je grommelé.

    J'ai compté les moutons mais cette technique ne marchait pas, pas plus que celle des cent pas. Au bout du compte, les heures sont passés et le soleil s'est levé. J'ai jeté un coup d'œil à mon réveil. 8h52. J'avais passé cinq heures a essayé de m'endormir sans aucun résultat. Je me suis enfin décidée à prendre une douche. Après un moment dans la salle de bain, je suis descendue dans la cuisine pour y découvrir ma grand-mère qui se mettait déjà au travail. Le travail de préparer le petit déjeuné. Cette fois, je n'ai pris seulement qu'une tartine de confiture avant d'embrassé ma grand-mère sur le front en guise de remerciements. Elle m'a observé de haut en bas.

    - Tu n'as pas bonne mine. M'a-t-elle dit, visiblement inquiète.

    - Je n'ai pas passé la nuit dont je rêvais. Ai-je grondé.

    Sur ses mots, je franchis la porte de l'entrée pour me retrouver dans la rue, ma tartine à la main. Sur le chemin, un imbécile m'a fait renverser celle-ci, j'ai croisé Sarah et Jennyfer qui me regardais bizarrement et j'ai du faire un grand détour car des travaux ce faisait là où je passais habituellement.

    Un meilleur jour? Pas vraiment la définition que j'aurais donné pour aujourd'hui!

    Après avoir franchi toutes ces étapes, je suis enfin arrivée au lycée. Bien évidement, je suis arrivée en retard, et, en prime, mes devoir non fait, m'ont valut l'attention de tout le monde et un mot dans mon carnet. La sonnerie a retentit ce qui signifiait que j'allais pouvoir manger. Manger. J'avais tellement faim que j'aurais pu manger dix assiettes à moi seule. Mais il a fallut que quelqu'un gâche mon repas. Sarah. Elle m'a regardé comme si elle voulait sa revanche pour hier et je lui ai lancé un regard de défi qu'elle a répondu par un "Plus tard" qui c'est formé sur ses lèvres. La journée est passée a une lenteur incomparable. Quand la sonnerie a retentit, j'ai pris mes affaires dans les bras pour allez les mettre dans mon casier mais quelqu'un m'a bousculé. J'ai fais tomber mes cahiers et mes feuilles se sont éparpillées sur le sol. Je n'ai pas reçu d'excuses de qui que se soit et j'ai du serré les dents pour éviter de crier qu'on pourrait au moins m'aider. Je les ai ramassé et des mains d'homme m'ont aidée. J'ai levé la tête pour découvrir un teint assez bronzés et des yeux bleus. Gavin. J'ai manqué tomber par terre de surprise. Il avait de larges épaules et les bras pareils à une statue parfaitement sculptée qui représentait la perfection de l'homme. Ses yeux bleus me rappelait la mer, étonnement purs. Je me suis secouée la tête pour me tirer de ma rêverie. Il m'a tendu mes livres ainsi que mes cahiers et j'ai réussi à articuler un "merci". Il m'a regardé de haut en bas avant de me répondre par un "de rien" accompagné d'un sourire en coin. Je me suis sentie fondre à ça et je me suis ressaisit aussitôt.

    Or de question que je me fasse avoir aussi facilement!

    Kim m'a raccompagnée chez moi. Pendant le trajet, une question trottait dans ma tête: Qu'es-ce qui avait percuté la voiture, le jour de l'accident? J'ai fait défiler toutes les réponses possibles.

    - Autre conducteur? Sauf que personne n'est venu s'excuser.

    - Cailloux? Sauf que se n'est pas de petits cailloux qui allait renverser une voiture.

    - Virage raté? Sauf que nous étions en ligne droite.

    Pendant un instant, sur le bord de la route, j'ai cru voir une espèce de bête sauvage. Elle avait les yeux rouges vifs et des taches noires sur une peau... Beige? Mon regard s'est figé avant de me rendre compte que Kim me parlait.

    - ... Gavin avec toi?

    Mes yeux se sont écarquillés avant de lui demander de répéter. Elle a froncé les sourcils avant de reprendre.

    - Que faisais Gavin avec toi?

    J'ai soupiré.

    - Il m'a juste aidé a ramasser mes affaires. Quelqu'un m'avait bousculé.

    Elle m'a regardé, un de ses sourcils levé, comme si elle me suspectait d'avoir fait autre chose avec lui.

    - Melle Kurushi, m'a-t-elle dit en levant son index, ce garçon n'est pas fait pour vous!

    C'est vrai que Gavin avait la réputation d'être un mauvais garçon et avait repoussé plus d'une fille. J'ai fait mine de lui faire une révérence.

    - Bien entendu votre majesté! Ai-je protesté avec un grand sourire.

    Elle a rit et je fis de même.

    Une fois chez moi, j'ai fait mes devoirs pour évité de me recoir une autre raffale de commentaire de mon professeur. Je n'ai bien evidement pas oublier de faire signer mon mot. Après cette dure journée, je me suis affallé sur le canapé du salon et ma grand mère m'a ensuite rejoins.

    - Alors ma chérie, ta deuxième journée? Me dit-elle en affichant une mine radieuse.

    J'ai alors illustrer une expression splendide et répondu avec un air enjoué dont j'ai le secret.

    - Journée des plus parfaites.

    Elle prit mes joues dans ses mains pour me déposer un bisous sur le front.

    - Parfait, alors repose toi bien, demain est un grand jour!

    Effectivement, demain, nous allons avoir droit, nous les élèves, de participé au "jour d'entrée". Le jour d'entrée. Le jour où tu peux faire connaissance - ou te ridiculisé - avec les autres élèves et cette journée se termine par le bal d'entrée. Le soir le plus important pour toutes les filles qui souhaitent draguer. C'est sur un dernier bisous que je partis m'endormir.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :